Clique sur la video que tu veux visionner

Loading...

mercredi 18 août 2010

Onatra : les syndicats de Matadi disent non à la grève

Les travailleurs de l’Onatra ont déclenché un mouvement de grève très controversé. Pour la première fois dans l’histoire des grèves dans cette entreprise publique, la désapprobation de cette action syndicale vient de la masse laborieuse elle-même. Alors que le mouvement de grève lancé par les politico-affairistes syndicalistes de Kinshasa, habitués à telles situations afin d’en tirer prébendes et autres avantages, semble observé dans la capitale, les travailleurs de Matadi refusent catégoriquement de s’inscrire dans la logique de l’arrêt du travail pour des raisons obscures. Ils l’ont clairement exprimé dans une lettre qu’ils ont adressée à l’Administrateur Délégué général de l’entreprise. « Nous avons l’insigne honneur de vous saisir par le présent mémo au sujet du mouvement intempestif de grève observée à Kinshasa depuis le jeudi 12/08/2010.

En effet, ce mouvement de grève déclenchée au mépris de la procédure en la matière nous étonne et a fait que la Délégation Syndicale se réunisse pour en débattre en raison des effets néfastes d’entraînement qui peuvent en résulter.

De ce débat franc, il s’est dégagé une concordance des vues dans la mesure où l’ensemble des Délégués Syndicaux restent attachés à la politique d’harmonisation des vues par des négociations permanentes entre les parties en présence comme seul moyen efficace pour régler tout problème qui se pose dans l’Entreprise. De ce fait, les délégations syndicales de Matadi n’emboîteront pas le pas à ce mouvement de grève illégale. Car, nous avons constaté que la SNCC et LA RVA ont respectivement bénéficié de la Banque Mondiale et Banque Africaine de Développement un appui de 250.000.000 USD et de 200.000.000 USD grâce au comportement responsable de leurs Travailleurs.

Mais l’Onatra, à cause du désordre interne qui y règne et des grèves intempestives, n’a rien obtenu. Ainsi vous demandons-nous de prendre toutes vos responsabilités en mettant hors d’état de nuire les agents véreux bien connus qui œuvrent pour la déstabilisation de l’Entreprise. Du reste, si ces genres de grève continuent sans pour autant privilégier le dialogue entre les parties en présence, la Délégation Syndicale du Bas-Congo s’interposera dans les transferts de fonds pour les paiements de salaires des gens qui ne veulent pas prendre leur destin en mains. Dès lors, nous privilégierons l’investissement de nos infrastructures et de nos équipements de Ports Maritimes.

Par ailleurs, nous sommes surpris d’apprendre des radios et télévisions périphériques de Kinshasa que certains Secrétaires Généraux, notamment OSANGO, FUKI et TADILA y passent pour vilipender les autorités en mettant sur la place publique les problèmes internes de l’Office. Cela constitue une forme d’intoxication des travailleurs en vue de les pousser à l’indiscipline et aux désordres. Ce comportement doit être réprimandé par l’autorité.

Notre position ne fait que réitérer les propos tenus dans notre mémo vous adressé au début de cette année. Propos qui consistaient à refuser toute grève intempestive et à privilégier le dialogue et la concertation autour d’une table pour tout problème qui se pose dans l’entreprise Nous sommes conscients que cette position met mal à l’aise les détracteurs de l’entreprise et les poussent à nous combattre ainsi que l’autorité du Département des Ports Maritimes ».

C’est plus clair. Pour les syndicats de Matadi, au moment où les politico-affairistes de Kinshasa seront en déblaiement, il ne sera pas question que l’argent parte de Matadi pour payer les oisifs. Les délégués syndicaux de Matadi, de l’Onatra utile, ont pris conscience de l’avenir de leur entreprise qui n’a que trop souffert des grèves. Au lieu de solution aux problèmes posés, ces mouvements de grève n’ont fait qu’empirer la situation de l’entreprise dont l’image est aujourd’hui ternie.

Ont signé la lettre de désaveu à la grève, les syndicats DRH et DSG/ MATADI. La raison pour laquelle les affairistes ont appelé à la grève, c’est semble-t-il la réclamation des frais scolaires. Il nous revient pourtant que la solution avait déjà été trouvée à ce problème. C’est ce que témoigne cette note de la hiérarchie de l’entreprise à tous les chefs des départements et aux directions staff.

« NOTE A :

- DEPARTEMENTS (TOUS) ;

- DIRECTIONS STAFF (TOUTES)

Concerne : Paiement des frais scolaires

La Direction Générale porte à la connaissance de l’ensemble du personnel de l’Office que le paiement des frais scolaires interviendra à partir du Lundi 16 août 2010. Le montant à payer est celui qui fut accordé l’année passée ». La note est signée Serge BASAULA NDOMBEDI, Administrateur Directeur Général Adjoint.

SG

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

dragon ball z cartoon game

Une erreur est survenue dans ce gadget